Cela ne vous aura pas échappé, notre univers graphique sombre dissimule une ambiance et une philosophie particulière. Un concept derrière lequel se cache bon nombres de références obscures qui ont influencées notre culture et façonnées notre image. Aujourd’hui nous vous présentons l’une des figures fortes qui a, entre autres, inspiré l’identité de Black Venom. Un homme sans nom et sans visage, un homme de l’ombre et de la nuit, à qui nous décernons volontiers la carte de membre privilège, nous avons nommé « Ghost Rider ».

Un fou furieux créé la légende

Année 2002, Suède, un chevalier à moto entièrement vêtu de noir perce la nuit et arrache le bitume à plus de 300km/h sur sa Suzuki 1000 GSX-R. À une époque où ni Internet ni la Go-Pro n’avaient encore révolutionné la diffusion des exploits sportifs, la vidéo de cette performance « The Final Ride. » fait le tour du monde et créé la controverse. Fou pour certains, véritable star pour d’autres, ce cavalier fantôme du nom de Ghost Rider n’a pas tardé à réitéré ses exploits et à les diffuser sur internet. Toujours habillé de noir, des bottes jusqu’au casque à visière teintée, il parcours alors les villes européennes, caméra embarquée sur ses motos noires, pour défier la mort et repousser les limites du possible.

Les plus fervents fans de cet homme se rappellent bien évidemment de l’année 2004, ou il pulvérise le record détenu jusque là par un motard français se faisant appeler le « Prince Noir en effectuant un tour du boulevard périphérique de Paris, d’une distance d’environ 35 km, qu’il accomplira en en 9 min 57 s à plus de 290 km/h contre les 11 min 4 s de sont challenger.

De nombreux films dans lesquels on le voit exécuter des figures et des courses illégales émergent alors : En 2003  « Ghost Rider Goes Wild »  En 2004″ Ghost Rider Goes Crazy in Europe » En 2005  « Ghost Rider Goes Undercover »  En 2008  « Ghost Rider: Back To Basics » Et en 2011 « Ghost Rider 6.66 – What the fuck…. » Généralement tournés dans la perspective d’une caméra montée sur le cadre, le casque ou les roues de sa moto, ses productions indépendantes présentent les courses contre la montre à grande vitesse sur la voie publique du fantôme, et toutes ses acrobaties dans des environnements non contrôlés, au mépris des lois dont il se joue.

Il réalise des parcours qui fascinent tant il exécute des figures et manœuvres extrêmement périlleuses, parfois à plus de 313 km/h. Son succès n’est alors plus à faire, et bien que souvent décrié et prétexte à de nombreux rappelle à la sécurité routière par les médias, il reste pour beaucoup l’une des plus grandes figure énigmatique du sport moto underground. On lui connait parallèlement quelques performances en voiture au volant d’une Subaru Impeza noire, un épisode sur route ouverte, somme toute anecdotique, mais qui révèle tout de même que le chevalier noir à plusieurs cordes à son arc.

Une arrestation par la police

La forte notoriété acquise par Ghost Rider au travers d’Internet, ainsi que par la diffusion de ses DVD, fait l’objet de nombreuses discussions dans des émissions télévisées ou des magazines à travers le monde dans les années 2000. Son identité demeure pour autant secrète, créant autour de lui la légende de cet individu sans visage, aussi perturbant que fascinant. Mais malgré le mythe et le caractère insaisissable du personnage, la police suédoise réussira finalement à intercepter Ghost rider le 18 avril 2012. Ce dernier passera quelques semaines derrière les barreaux en 2013. À sa sortie les médias sautent alors sur l’occasion de découvrir le vrai visage du hors la loi, et percer son identité. Evidemment démasqué, il joue le jeu des journalistes, et nous offre quelques détails sur sa vie et son parcours dans le monde la moto.

Le public fait alors la connaissance de Patrick Fürstenhoff, motard professionnel suédois âgé de 32 ans, un inconditionnel fan de comics et de sensations fortes. Il confiera que c’est en lisant le célèbre Comics des aventures de Batman (publiées DC) et notamment l’épisode de Batman au volant sa Bat-Moto poursuivi par les policiers de Gotham City, qu’il aurait voulu faire de même. Il se lance alors sur l’autoroute équipé d’une caméra, et devient accro aux défis les plus invraisemblables qu’il publiera sous le patronyme « Ghost Rider » . Un nom emprunté à un autre héros de comics éponyme (publiées par Marvel). Des références particulièrement intéressantes qui ne nous laisse pas de marbre vous vous en douterez.

Le Ghost Rider est il mort ?

Suite à ces évènements Ghost Rider disparaît de la circulation, c’est alors que les rumeurs vont bon train. Ghost Rider est-il à la retraite ? Aurait-il succombé à un accident mortel ? Toutes ces questions se sont rapidement évaporées le 2 août 2016 lorsque le motard fou a refait surface en publiant une vidéo de son roadtrip Suédois au niveau du Tunnel Södra Länken bien au dessus de la barre des 300 km/h.
Puis le 16 août 2016, Ghost Rider publie un nouveau film de ses exploits, en banlieue de Stockholm, au guidon de sa célèbre Suzuki 1000 GSX-R noire. Les fans sont au rendez-vous et clament le retour du spectre de la nuit « The Legend is mother fucking BACK ». Mais c’est le 24 août 2016 que le motard fou présente une dernière vidéo à plus de 230 km/h, « The Legend » ou il parcours les routes de Stockholm, tout en slalomant entre les voitures. Cette dernière escapade signe jusqu’à aujourd’hui la fin des aventure du motard le plus sensationnel des villes d’Europe.

Fou furieux inconscient pour certains, symbole de liberté et véritable star pour d’autre. Patrick Fürstenhoff à écrit sa légende et inspiré de nombreux fans. Il déclara un jour : «  Je n’ai pas encore été imité. Je déconseille aux autres de le faire, parce qu’ils pourraient se tuer. Les jeunes ne doivent pas essayer de m’imiter. » Nous suivons bien entendu ce raisonnement et nous vous encourageons vivement à pratiquer les sports mécaniques sur circuit. Inutile de vous rappeler qu’à moto, même si vous n’estimez pas être un danger pour les autres, vous pouvez le devenir, la route et ses dangers restent imprévisibles. Atteindre des performances hors normes et repousser les limites du pilotage et un art qui s’apprend et qui a ses règles. Souvenez-vous que Ghost Rider est issu du monde professionnel de la moto, ayant lui même appris les rudiments du pilotage avant de se lancer à tombeau ouvert sur les routes.

Rétrospective des motos de Gosht Rider :
– Honda 250 CBR
– Honda 650 FMX Supermotard
– Suzuki 500 GSE
– Suzuki GSX-R 1000
– Suzuki GSX-R 1300 Hayabusa (à moteur préparé)

Tous droits réservés © Black Venom. 2017
Black Venom

Author Black Venom

More posts by Black Venom

Join the discussion One Comment

  • Henry K. dit :

    Merci pour cet article !!! Ghost Rider m’a fait rêver quand j’étais jeune ! Aujourd’hui je trouverai ça dingue de faire des trucs pareils, en tout cas belle rétrospective ! Continuez à nous faire (re)découvrir des « héros » de l’ombre !

Leave a Reply